Archives de la catégorie ‘Appels à participation’

The same in english (Send your contribution before 30 sept.)

Lo mismo en castellano (Envía tus contribuciones antes del 30 sept.)

Quand on choisit d’avoir une torsoplastie ou une mastectomie, on n’a pas toujours accès à des informations adaptées et pertinentes sur les choses à faire ou à ne pas faire. On a donc décidé d’éditer un fanzine gratuit, multilingue et DIY pour proposer un maximum de trucs, astuces et solutions.

Comment peut-on se préparer à l’opération ? Comment gérer la douleur ? Comment pallier le manque de mobilité ? Comment aborder l’éventuelle petite déprime post-op ? Et bien plus encore…

Echangez et partagez vos expériences, informations et « petits trucs qui ont l’air idiot comme ça, mais qui changent la vie quand on a la mobilité d’un playmobil » !

Ex :

– Dans votre sac pour aller à la clinique, oubliez les tee-shirts moulants et préférez des hauts avec zip sur le devant. Préférez du coton et du large.

– Pensez à vous procurer des pailles. Vous ne vous en servirez peut-être pas, mais si jamais vous ne pouvez vraiment pas lever un verre jusqu’à vos lèvres, ça peut vous éviter un état de dépendance vite agaçant.

– Après la chirurgie, si vous êtes hors-parcours sécurité sociale, pensez à comparer les prix et surtout à bien vérifier que les produits sont bien équivalents (et pas à peu près : du tulle gras pour les brûlures n’est pas équivalent à du tulle gras pour cicatrices)

– Vous allez devoir porter un binder 24h/24 durant plusieurs jours. Si vous voulez le laver, prévoyez un sèche-cheveux (ou un chauffage ou un sèche-linge) pour le sécher. Ne portez pas un binder humide sur vos pansements.

Attention, ne donnez des conseils en médecine alternative que si vous les avez expérimentés et vérifiés ! Merci de ne faire courir aucun risque à ceux qui liront ce fanzine, le but est d’échanger des informations fiables, pas de trouver des cobayes…

 Il est illégal en France de donner des adresses de médecins, chirurgiens, cliniques, c’est considéré comme de la publicité, toutefois si vous en avez, n’hésitez pas, nous ne pourront pas les publier dans le fanzine, mais nous les ferons circuler dans nos réseaux.

Par contre, nous pourrons indiquer des liens vers des sites ressources, les contacts d’associations… partagez vos bookmarks (vos liens) !

Toutes les contributions seront regroupées, corrigées et organisées sous la forme d’un fanzine-ressources « avant-pendant-après » la torsoplastie ou la mastectomie.

Si vous n’êtes pas à l’aise avec l’écriture, ce n’est pas grave, l’essentiel est dans le fond, on se charge de la forme. Sinon, vous pouvez aussi dessiner, faire des schémas, transmettre des photos…

Envoyez vos contributions à crach.asso[at]gmail.com

Avant le 30 septembre

Le fanzine sera édité par l’association CRACH (Cellules de Recherches et d’Artivités Contre l’Hétéronormalité) sous la double licence Créative Commons suivante : http://creativecommons.org/licenses/by-nc/3.0/

Il sera édité en français, anglais, espagnol, serbe et allemand pour commencer. Si vous avez des compétences pour faire des traductions en d’autres langues (et envie de le faire), n’hésitez pas à nous le faire savoir.

Le fanzine sera proposé par toutes les bonnes tables de presse et en téléchargement libre (sous format PDF) sur les sites de l’association CRACH (c’est nous) et SAS (clique)

(L’appel en PDF si tu veux l’imprimer et/ou le diffuser dans un événement)

Depuis plus de dix ans, la scène transpédégouine toulousaine n’a cessé de bouger, d’évoluer, de se transformer, de squatter parfois (la Reloue, le Sissi’s, le Sextoy, le TDB)…
De revendiquer régulièrement…
Et de faire des fêtes souvent…
Divers initiatives ont été mises en oeuvre : deux Christopher Street Day non-commerciales, des discussions, une multitude d’ateliers, des performances, des
actions politiques, des actions théâtrales, des créations de films courts, des salons de thé, des repas de soutien, des soirées ciné, des débats, des soirées slam, une bibliothèque, les festivals XXYZ de films DIY, des concerts, des boums, le festival de musique Crachfest, etc.
Sans oublier l’émergence de groupes de musique à jamais mythiques.
Puis il y avait, et il y a toujours, nos quotidiens, en collectif ou non.
Aujourd’hui, l’association CRACH (Cellules de Recherches et d’Artivités Contre
l’Homophobie) souhaite éditer un bouquin de cette histoire jusqu’à nos jours.
Puisque nous sommes là, toujours là, et que l’histoire continue.
Nous aimerions donc compiler vos témoignages, vos interviews, vos textes, vos humeurs, vos récits d’aventure, vos bons et vos mauvais souvenirs, vos romans photos, vos anecdotes, les tracts, les pamphlets, les archives, les affiches, les flyers… ainsi que vos histoires actuelles.
Des histoires de trans, des histoires de pédés, des histoires de gouines.
Nous illustrerons les textes de flyers contemporains et de photos d’époque.
S’il vous reste quelques archives, n’hésitez pas à nous en faire suivre quelques copies.

Merci pour vos contributions !
A nous donner en mains sales
ou à envoyer sur crach.asso[at]gmail.com.

Un exemplaire du livre sera adressé à chacune et chacun d’entre vous.
Il sera vendu dans les réseaux alternatifs et associatifs, et dans les librairies qui le souhaitent.

Qu’on aime son travail ou qu’on le déteste, on a généralement, en plus d’un avis sur la question, des histoires improbables à raconter, des anecdotes marquantes, drôles, cruelles, tragiques ou absurdes et parfois tout ça à la fois. Ces petites histoires qu’on garde pour nous parce qu’à un moment, c’est bien assez d’y passer une partie de la journée, et qu’on a aussi envie de penser à autre chose…

Pourtant, ces petites histoires, reliées les unes aux autres, ça donne des fous rires et des silences consternés, ça donne de la solidarité et des points de départ pour des réflexions de fond.

Pour les réflexions de fond, ce sera plus tard. Nous, pour le moment, on aimerait que vous nous racontiez vos anecdotes de boulot, celles que vous auriez eu du mal à croire si vous ne les aviez pas vécues, celles qui vous ont laisséEs sans voix, celles qui vous ont misES sur le cul, tiré des larmes de rire, de rage ou de désespoir…

* Je me souviens de cette « Journée de la Femme » dans un journal de la PQR, où pour une fois (mais pour une fois seulement), les journalistes femmes avaient rédigé la majorité des articles du journal, avec essentiellement des témoignages de femme-pompier ou de cheffe d’entreprise (qui expliquaient bien qu’elles n’étaient pas féministes), où les salariéEs avaient eu un bouquet de fleurs, où le cuisinier avait fait des moules à la cantine et où de ma vie je n’ai jamais entendu autant de blagues sexistes en une seule journée…

* Mars 2012. J’ai croisé mon ancienne collègue I. Elle va mieux, mais le harcèlement a laissé des traces. Deux jours plus tard, lors d’une réunion, mon PDG appelle « plan social » la grappe de non-renouvellements de contrats et de démissions suite à du harcèlement. Dans notre PME, personne n’est syndiqué. Il dit aussi que le pire est derrière nous. J’ai du mal à le croire. 

* J’ai gagné des places pour un match de foot à la tombola du boulot, je croyais pouvoir y emmener mon petit frère, mais en fait c’était une place pour moi et une place pour un collègue masculin… »

* Aujourd’hui j’ai encore distribué des barquettes de poisons restauration collective à des enfants malades.

Et vous, vous vous souvenez de quoi ? Vous avez vécu quoi, hier, avant-hier ou il y a 15 ans ?

Sous forme de récit, de bande-dessinée, d’entretien, de roman-photo, tout est possible, prenez contact avec nous pour nous raconter vos anecdotes de travail.

Si vous avez une anecdote, mais pas l’envie ou la disponibilité de la mettre en forme (écriture ou dessin), on pourra soit vous mettre en rapport avec quelqu’un qui sera intéressé par le faire, soit faire un entretien audio.

Les témoignages peuvent être anonymes ou non, mais les personnes dont il s’agira (collègues, employeurs/employeuses, clientEs) ne devront pas être identifiables, parce qu’on n’a pas de sous pour des procès.

Notre objectif est de sortir un livre de témoignages, assorti d’une série de podcasts, et de diffuser le tout en réseau alternatif, associatif et mainstream (radios, librairies).

Envoyez-nous vos contributions (avant le 30 septembre 2012)
ou contactez-nous sur crach.asso[at]gmail.com

Pour en savoir plus sur les conditions d’édition.

A bientôt !

CRACH Editions

Femme à barbe, homme-chien cyclope, hydre, siamois, hydrocéphale, géantE… Venez voir nos monstres et curiosités humaines ! Entrez voir l’enfant sans os ou la tortue humaine ! Ou peut-être pensez-vous pouvoir prendre place sur l’estrade…
C’est une évidence de dire que nous vivons une époque où l’apparence occupe une place importante dans nos vies. Il faut être conforme, originalE, mais dans tous les cas, esthétiquement agréables à regarder. Enfin, c’est mieux. Pour avoir des amours, un travail, être payéE correctement, être traitéE correctement…
Des solutions nous sont offertes aujourd’hui pour maîtriser, éviter, soigner la monstruosité humaine et pourtant… Qui sont les monstres d’aujourd’hui ? Si une personne (ou plusieurs) décidai(en)t d’exposer quelques spécimens dans des baraques pour gagner de l’argent, animer le samedi soir des « autres »… qui serait dans les baraques ? Qui paierait pour y entrer ?
Femme à barbe, homme-chien, cyclope, hydre, siamois, hydrocéphale, géantE… Qui seraient ces monstres ?
Et que seraient-ils ? Des erreurs de la nature, des êtres d’exception, le résultat d’une relation zoophile ou les conséquences d’un cauchemar de femme enceinte ? La résurgence de la bête dans l’humain ? Seraient-ils/elles des menaces ou des fardeaux ?
Trop de bras, pas de jambes, pas assez grands, trop de poils, trop de chair, pas assez de peau… déséquilibres vivants, les monstres sont ce que les « autres » ne veulent pas être, car du déséquilibre au désordre, il n’y a qu’un pas, que sans jambes, on peut tout de même faire.

Sur ce principe d’une foire aux monstres, vous êtes donc invitéEs à proposer une nouvelle sur ce thème, mais attention ! Vous faites partie d’une troupe qui donne un spectacle, il y a donc des règles et une mise en scène :

Dans chaque nouvelle, un numéro (simple exhibition ou démonstration des capacités) doit avoir lieu. Le personnage du monstre doit se trouver dans la baraque de la foire à un moment de l’histoire. Il peut s’agir d’un souvenir, d’une vision de l’avenir ou d’un événement présent, qu’importe, tant que le texte présente, d’une manière ou d’une autre, le numéro du monstre.
Chaque lectrice/lecteur, en tournant les pages, entrera dans chaque baraque et découvrira chaque fois un texte.
Pour le reste, longueur de la nouvelle, contexte historique, aucune consigne n’est imposée.
Si vous choisissez de parler de plusieurs monstres, il faut qu’ils/elles présentent des caractéristiques leur permettant d’être associéEs dans un seul numéro (pour les besoins de la mise en scène, toujours).

Les nouvelles retenues figureront ensuite dans un recueil illustré.

La (nouvelle) date limite de rendu des textes
est fixée au 31 juillet 2012.

Envoyez vos nouvelles à petroleuseonline@gmail.com

Venez toutes et tous à la foire aux monstres !
Spectatrices, spectateurs, monstres ou bateleurs,
narratrices ou narrateurs, rejoignez la « monstrueuse parade » !